Emblème de notre pays, la Cathédrale de Notre-Dame-de-Paris attire tous les ans des millions de touristes du monde entier. Mais, connaissez-vous vraiment son histoire ? Voici quelques anecdotes et faits insolites sur Notre-Dame-de Paris ! 

Les charpentes sont issues d’une forêt entière !

Rendues tristement célèbre par l’incendie de Notre Dame de 2019, les charpentes qui composent la nef et le cœur de la cathédrale proviennent d’une forêt de chêne. Elles font partie des éléments de bâtiment religieux les plus anciens de tout Paris. Elles sont aussi surnommées « La Forêt » pour leur provenance. Tout le bois composant les charpentes représentent l’intégralité de la forêt de chêne dont elles proviennent. Chacune des poutres provenant d’un arbre différent. Au moment de la construction, certains bois ont déjà plus de deux à trois siècles.

La galerie des Rois décapités de Notre-Dame de Paris

De par son symbole, la Cathédrale a été la cible de la Révolution Française. En effet, jusqu’à cette période, elle arborait 28 statues représentant les rois de Juda, les ancêtres de Marie. Pensant qu’il s’agissait des Rois de France, les Révolutionnaires ont décidé de détruire les têtes des statues en symbole de la chute de la Monarchie. Depuis, elles ont été remplacées par des copies lors des travaux de rénovations qui datent du XIXᵉ siècle. Mais rassurez-vous, les têtes d’origines ont été retrouvées peu après leur chute dans un hôtel particulier du IXᵉ arrondissement et sont maintenant exposées au musée du Moyen Âge.

À LIRE AUSSI  Découvrez les détails du chantier de Notre Dame à travers une exposition éphémère

Les sauvegardes de Notre Dame

Même si ce bâtiment a traversé les âges et fait aujourd’hui partie des monuments les plus reconnus, il a connu des périodes de crises. Très abîmé pendant la Révolution Française, la cathédrale a été transformée tantôt en entrepôt puis en Temple de la Raison avant d’être rendu au culte catholique romain au début du XIXᵉ siècle. Menacée de destruction, on doit sa première sauvegarde à Napoléon Bonaparte. Le premier Consul de l’époque a choisi la Cathédrale de Notre Dame pour organiser son sacre de 1804. Ayant connu par la suite un état de délabrement avancé, c’est grâce au roman de Victor Hugo « Notre Dame de Paris » que l’auteur rappel aux Parisiens les richesses de cette bâtisse.

Des portes diaboliques

Quoi de plus diabolique que de vendre son âme au diable pour finaliser la construction d’un monument religieux ? Eh bien, c’est ce que raconte l’histoire de la fabrication des portes. La légende raconte que l’attisant chargé de la construction des portes, face à l’ampleur de sa tâche, aurait vendu son âme au diable pour avoir la force de finir sa besogne. Et ce n’est pas fini ! Le jour de l’inauguration, ces fameuses portes ne se seraient ouvertes et qu’il n’a été possible de les débloquer qu’après les avoir enduites d’eau bénite.