La Tour Eiffel, symbole incontournable de Paris, fascine et attire des millions de visiteurs chaque année. Mais connaissez-vous vraiment tous ses secrets ? Derrière sa silhouette élégante et ses courbes en dentelle de fer se cachent des anecdotes étonnantes et des faits méconnus. Et figurez-vous qu’avant d’être un monument admiré à travers le monde elle a d’abord été mal-aimée des français. Plongez avec nous dans les coulisses de la Dame de Fer pour découvrir 10 secrets bien gardés qui vous feront voir ce monument emblématique sous un nouveau jour.

1. La Tour Eiffel aurait pu ne jamais voir le jour

L’idée d’une tour de 300 mètres faisait son chemin depuis des années parmi les ingénieurs. Mais c’est l’échéance de l’Exposition universelle de Paris en 1889, vitrine des découvertes et prouesses techniques, qui a poussé Gustave Eiffel et ses collaborateurs à concrétiser le projet dans un temps record.

Sans cet événement majeur, le chantier n’aurait peut-être pas été lancé.

2. Gustave Eiffel n’est pas le véritable « père » de la Tour Eiffel

Contrairement à la croyance populaire, Gustave Eiffel n’est pas le concepteur original de la tour.

Ce sont en réalité deux de ses collaborateurs, Emile Nouguier et Maurice Koechlin, qui ont imaginé et dessiné la structure en s’inspirant des ponts en fer de l’époque. Gustave Eiffel, d’abord sceptique, a ensuite été convaincu par le projet et l’a breveté avec ses ingénieurs.

À LIRE AUSSI  Visiter la tour Eiffel : Guide pour bien organiser sa visite

3. La Tour Eiffel a suscité une vive opposition des artistes parisiens

Au-delà des réticences des riverains, de nombreux artistes de renom se sont opposés farouchement au projet de la Tour Eiffel.

Dans une tribune publiée dans Le Temps en février 1887, on retrouve les signatures de Charles Gounod, Guy de Maupassant, Charles Garnier ou encore Alexandre Dumas fils. Ils craignaient que cette « gigantesque cheminée d’usine » ne défigure Paris.

4. La Tour Eiffel était initialement vouée à une existence éphémère

Lorsque Gustave Eiffel obtient la concession pour édifier sa tour, celle-ci n’est accordée que pour une durée de 20 ans.

Passé ce délai, elle devait être détruite. Mais l’ingénieur s’est démené pour prouver son utilité, en y installant un laboratoire scientifique, une station météo et des antennes radio. Il obtiendra finalement une prolongation jusqu’en 1909 puis sa conservation définitive.

5. Le chantier de la Tour Eiffel n’a fait qu’une seule victime (et pour l’époque, c’est un exploit !)

Exploit remarquable pour un chantier d’une telle ampleur à l’époque, la construction de la Tour Eiffel n’a connu qu’un seul accident mortel.

Un ouvrier est décédé en montant sur le site en dehors des heures de travail pour impressionner sa fiancée. Aucun autre drame n’est à déplorer malgré la complexité des travaux et les délais très serrés du chantier qui a duré 2 ans et 2 mois.

6. Les antennes radio de la Tour Eiffel ont permis de déjouer une attaque allemande en 1914

Pendant la Première Guerre mondiale, les installations radio au sommet de la Tour Eiffel ont joué un rôle décisif.

En captant et décodant un message allemand en 1914, elles ont révélé les plans d’une offensive imminente dans la forêt de Compiègne. Cette information capitale a permis à l’armée française de contrer l’attaque et de remporter une victoire importante sur le front ouest.

À LIRE AUSSI  Paris : 7 lieux à découvrir absolument pour la journée des monuments ! (Dépechez-vous, c’est aujourd’hui)

7. L’appartement privé de Gustave Eiffel existe encore au sommet de la Tour

Au troisième étage de la Tour Eiffel, avec vue imprenable sur Paris, se nichait un appartement privé aménagé par Gustave Eiffel pour recevoir ses invités de prestige.

Entièrement meublé et décoré, cet espace de 100 m2 comprenait un salon, des bureaux et un laboratoire. Il a été préservé et reconstitué avec des personnages de cire, dont Gustave Eiffel et Thomas Edison. Un lieu méconnu chargé d’histoire.

8. La Tour Eiffel s’habille de nouvelles couleurs tous les 7 ans en moyenne

Pour protéger sa structure en fer des agressions extérieures et de la corrosion, la Tour Eiffel a besoin d’une nouvelle couche de peinture tous les 7 ans en moyenne.

Au fil des années, elle a connu différentes teintes : rouge, ocre, jaune-brun… Depuis 1968, elle arbore une couleur « brun Tour Eiffel » spécialement développée, légèrement nuancée du bas vers le haut. Pas moins de 60 tonnes de peinture sont nécessaires à chaque ravalement.

9. La Tour Eiffel peut « grandir » de 15 cm selon la météo

Solide et ancrée dans le paysage parisien, la Tour Eiffel n’en reste pas moins sensible aux variations de températures.

En raison de la dilatation du métal, sa hauteur peut varier de près de 15 cm entre l’été et l’hiver. Avec la chaleur, la structure en fer s’allonge et notre célèbre monument peut prendre jusqu’à 8 cm.

À l’inverse, le froid hivernal la fait se contracter et rétrécir de 6 cm environ. Un phénomène étonnant !

10. Une parisienne a « épousé » la Tour Eiffel en 2007

Peut-on tomber amoureux d’un monument au point de vouloir l’épouser ? C’est le cas d’Erika Eiffel (née Erika LaBrie), une américaine qui a uni sa destinée à la Dame de Fer lors d’une cérémonie en 2007.

Atteinte d’objectophilie, une attirance émotionnelle et physique pour des objets, elle a officialisé son idylle avec une petite célébration au pied de la Tour Eiffel. Une histoire peu banale.