Entrevue avec Sébastien Fiset

Alors qu’il travaille comme directeur des ressources humaines dans un garage de Québec, Sébastien Fiset est frappé d’une idée pour le moins originale. Celle de créer une pâte à biscuit 100 % Québécoise, destinée à être mangée crue, sans aucun danger.

En compagnie de son associé et ami, Charles Simard, il a transformé son idée en entreprise à succès : Cookie Bluff. Aujourd’hui, les deux comparses se lancent à la conquête du Canada et même de l’Europe, un pot de pâte à biscuit à la fois.

Entrevue avec un jeune entrepreneur ambitieux et déterminé, qui ne s’est jamais laissé distraire de son objectif.

Comment t’es venu l’idée de lancer Cookie Bluff ?

L’idée m’est venue alors que je regardais sur Facebook une vidéo de l’ouverture d’un Cookie shop à New York. J’ai remarqué que plusieurs Québécois commentaient la nouvelle avec enthousiasme, en disant qu’ils iraient à New York pour y goûter. Je me suis alors demandé ce qui les poussait à faire autant de kilométrage pour de la pâte à biscuit.

Quand je suis allé visiter le magasin en question, j’ai attendu 3 heures pour y entrer tant la file était longue ! Et j’ai réalisé que nous n’avions pas de produits du genre chez nous. C’est alors que j’ai fait ce constat : il y avait un manque à combler dans le secteur de la pâte à biscuit au Québec.

Quelle est était la réaction des gens quand tu leur parlais de ton projet ?

À mon retour au Québec, j’ai appelé Charles pour lui faire part de mon projet. Sa première réaction a été de me dire que j’étais fou. Mais l’idée a fini par faire du chemin et il s’est rendu compte qu’il y avait vraiment un marché pour ça. Personne au Canada n’offrait ce type de produits.

Toutefois, convaincre les investisseurs a été très difficile. Plusieurs se sont moqués de nous et on s’est souvent fait dire que notre idée ne marcherait pas. On a donc dû se débrouiller seuls. On a fini par mettre toutes nos économies dans ce qui allait devenir plus tard Cookie Bluff.

Au total, Charles et moi avons investi 100 000 $ de notre argent personnel dans le projet ! J’ai même quitté mon emploi pour m’en occuper à plein temps. Heureusement, nous avons pu bénéficier d’une subvention du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) pour nous aider à développer 4 saveurs de pâtes à biscuit.

En 3 semaines d’activités, on est parvenu à rembourser toutes nos dettes, et après 9 mois Cookie Bluff avait généré près de deux millions de ventes ! C’était vraiment un beau cadeau après avoir essuyé autant de railleries et de commentaires négatifs.

Quels sont les ingrédients uniques pour réussir dans ton domaine ?

Il faut croire à son projet jusqu’au bout, y aller all in et conserver le momentum.

Un entrepreneur ne peut jamais s’asseoir sur ses lauriers en se disant que ça va bien. Il est essentiel d’innover et de penser à de nouvelles façons de faire. Quand on a lancé Cookie Bluff, on voulait déstabiliser les gens, les sortir de leur zone de confort.

Il ne faut donc pas avoir peur de se mouiller. J’ai même été jusqu’à me déguiser en lapin pour livrer des produits à des influenceurs !

Entrevue avec Sébastien Fiset

Y’a-t-il eu un moment où tu as douté de ton projet ?

Ça m’est arrivé une seule fois, lorsqu’on nous a présenté l’emballage et le design du produit. Je voulais quelque chose de très haut de gamme, à la Häagen-Dazs, et finalement on nous présentait complètement autre chose.

C’est le seul moment où j’ai senti que nous n’allions pas y arriver. Mais au final, j’ai compris que l’important c’est d’offrir aux clients ce qu’ils aiment et ce qu’ils veulent, même si ce n’est pas ce qui nous plait à la base.

En tant qu’entrepreneur, quel est ton aphrodisiaque professionnel ?

Pour moi, le plus beau sentiment entrepreneurial est lorsque nous parvenons à créer un buzz autour d’une nouvelle saveur.

J’adore l’adrénaline qui m’envahit quand un nouveau produit sort sur les tablettes, se vend bien et suscite des milliers de réactions ! C’est vraiment pour vivre de telles émotions que je me suis lancé en affaires.

Pour finir, quelle est la prochaine étape pour Cookie Bluff ?

En septembre, nous allons lancer un Cookie shop dans les Galeries de la Capitale à Québec. Ce magasin prendra la forme d’un gros bar à pâte à biscuits et à milkshakes.

Sinon, nous visons à entrer dans toutes les épiceries du Canada. Et à moyen terme, nous visons plusieurs pays en Europe. Une chose est certaine : après neuf mois d’existence, Cookie Bluff a fait énormément de chemin !

Entrevue avec Sébastien Fiset

Découvrez les produits de Cookie Bluff.

*Photo couverture: Jean-François Desgagnés – Journal de Québec

0 0
2019-04-09

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*