« Il faut être fou pour être en affaires. »

Ces mots sortent tout droit de la bouche d’Anne Marcotte. Et il est évident que cette entrepreneure à succès parle en connaissance de cause !

Femme d’affaires, conférencière, chroniqueuse, animatrice et productrice, cette femme de défi aime oser et se mettre en danger. Pour elle, il s’agit d’une caractéristique essentielle pour se distinguer. La vente de sa première entreprise de solutions Internet (Marcotte Multimédia Inc) dix ans après son lancement lui a bien démontré l’importance du risque. 

Rencontre avec une femme authentique et transparente, qui n’a pas peur de dire les vraies choses.

Quels ont été les moments décisifs de votre carrière entrepreneuriale ?

Il y a deux moments charnières dans ma vie de femme d’affaires. Le premier est lorsque j’ai perdu mon ancien emploi de secrétaire. Ma vie a alors fait un virage à 180 degrés ! J’ai démarré mon entreprise par instinct de survie, pour prendre mon destin en main.

Le deuxième moment est sans contredit la vente de cette même entreprise. Ce fût extrêmement difficile, mais c’est probablement la meilleure décision que j’ai prise dans ma carrière. Je dis souvent qu’être visionnaire c’est savoir quand entrer dans un marché, mais aussi quand en sortir.

Qu’est-ce qui est le plus difficile quand on se départit d’une entreprise ?

Se départir de son entreprise, c’est vraiment douloureux ! C’est comme donner son bébé en adoption en se disant que c’est pour le mieux. Lors de la vérification diligente, j’avais le sentiment qu’on venait fouiller dans mon tiroir de sous-vêtements ! C’était mon intimité, en quelque sorte. Mais j’avais la conviction profonde que je devais le faire.

Quand j’ai officiellement vendu mon entreprise, j’ai carrément fait une dépression. Même si j’avais un avenir financier assuré, j’avais besoin de construire quelque chose à nouveau. J’avais l’impression d’être devenue une has been à 39 ans ! J’ai dû me ressaisir pour mieux redémarrer.

Où tracer la ligne entre la vie professionnelle et la vie personnelle ?

Je ne trace pas vraiment de ligne entre les 2. J’y vais avec mon authenticité et c’est important pour moi de dire ce que je ressens. Il ne faut pas avoir peur de dire les vraies choses, ça fait juste de nous du vrai monde.

Qu’on ait réussi ou pas dans la vie, un chagrin pèse le même poids dans le coeur de quelqu’un. Je parle donc autant du positif que du négatif de l’entrepreunariat.

Entrevue avec Anne Marcotte

Qu’est-ce qui vous distingue des autres femmes d’affaires ?

Je dirais que je me préoccupe beaucoup du succès des autres. Comme j’en ai eu moi-même, je crois qu’il est important d’aider les entrepreneurs, notamment les femmes.

En affaires, les gens ont tendance à murmurer ton succès, mais à hurler tes échecs. C’est pourquoi j’ai fondé une entreprise (Adopte Inc.) pour soutenir celle des autres. Je travaille notamment avec Nicolas Duvernois (PUR Vodka), que j’ai aidé auparavant, à faire grandir le succès des entreprises en démarrage. 

Je veux aussi aider les femmes en leur disant des vérités importantes : il faut voir grand, oser et être acharnée ! Le vrai courage, c’est de faire les choses, même si on a peur et qu’il y a des risques.

Les femmes ont tendance à être plus maternelles et à ne pas vouloir trop en faire. Avec un tel sentiment, c’est dur de voir grand ! On a trop souvent un sentiment de culpabilité. Et je l’ai vécu moi-même en tant que mère monoparentale : je suis une travailleuse acharnée, mais au moins mon fils ne verra jamais sa mère être dépressive !

Un moment où vous avez douté de vous ?

J’ai eu surtout très peur de repartir en affaires. La première fois, je n’avais rien à perdre et tout à gagner, mais la deuxième fois, je pouvais y laisser mon argent et ma notoriété.

Et puis un jour j’ai lu une citation : « Si vous ne prenez pas un risque par jour, c’est que vous ne risquez pas assez ». Ça m’a donné le coup de fouet nécessaire pour repartir en affaires !

Derrière tous les grands succès, il y a d’abord et avant tout quelqu’un qui n’a rien à perdre. Et quand nos affaires vont trop bien, il faut trouver une manière de se mettre en danger. Avoir trop de confort tue la créativité.

Entrevue avec Anne Marcotte

Le 8 mai dernier, Anne Marcotte prenait place dans le fauteuil de Dragonne invitée à l’émission Dans l’oeil du Dragon. Visionnez son passage remarqué en cliquant ici.

Suivez Anne Marcotte sur VoirGrand.tv, une chaîne entièrement consacrée aux entrepreneurs de demain.

0 0
2019-05-09

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*